Je vous propose en complément des dégustations organisées la découverte de grandes typicités sur des bouteilles contingentées sur le marché international.
Vos dégustations seront un apprentissage tactile à éclairer des données sur les choix du viticulteur, le potentiel et la composition du terroir pour appréhender la «dégustation géo-sensorielle» : le goût du lieu.
Patrick Fioramnti et Yves Canarelli ont su traduire un grand terroir calcaire en un vin raffiné, épuré à l’allonge impressionnante malgré la jeunesse des vignes. Cette remarque met en lumière la suprématie des terroirs et n’est pas sans rappeler une remarque faite par Lamothe, régisseur de Latour (au dix-neuvième siècle) à son homme d’affaires, Croizet, le 2 juin 1826 : «Ils pensent que c’est le cépage qui produit nos grands vins sans attribuer leur bonne qualité à la nature du sol qui nous les donne. Laissons-les dans cette erreur».
Il y a deux siècles, plus de 3 000 ha de vignes étaient déjà présents en Corse avant de disparaitre. Ce grand vin blanc corse est produit sur un terroir créé de toutes pièces en 2010, au-dessus de Bonifacio (400 mètres d’altitude) à quelques centaines de mètres de la mer, vignoble «iodé» et clos quasi abandonné assis sur un calcaire dur et très rare. Les cépages proviennent de sélections massales réalisées à Tarrabucetta où se situe le Clos Canarelli.
Son raffinement épuré et son allonge le mènent à l’essentiel exprimer un des rares terroirs calcaire de toute la région.
Premier millésime de ce nouveau joyau du patrimoine, 2016, avec la minéralité de l’argilo-calcaire !!!

Quelques données :

Sols : argilo-calcaires proches de la mer. 5 hectares du côté de Bonifacio (trois plantés en blnc, deux en rouge).
Encépagement : de nombreux cépages autochtones rentrent dans cette cuvée : Rimenese, Biancu Gentile, Carcaghjolu Biancu, Genovese et Vermentinu.
Fermentation : avec une souche de levure indigène prélevée sur le domaine.
Élevage : huit mois en foudre de 34 hl et 1/2 muid.
Production : 2 500 bouteilles environ…
Température de dégustation : 11 – 13°

Yves Canarelli, de la coopérative à la biodynamie…

Je vous présenterai prochainement Patrick Fioramonti, un des plus grands connaisseurs du vignoble Corse autour d’une dégustation «Master Clas»». Aujourd’hui un petit éclairage sur son ami et partenaire de création.
Yves Canarelli fait partie de ces vignerons en perpétuelle recherche à la vigne, au chai pour porter toujours plus haut les couleurs des vins Corses. Il fait partie incontestablement de l’élite des vignerons méditerranéens, un chemin parcouru en moins de trois décennies.
Audodidacte, il reprend à 24 ans le domaine familial. En 1992, il vinifiait encore dans les locaux d’une ancienne cave coopérative en compagnie des sept autres vignerons. Aujourd’hui son domaine dispose d’un outil de vinification et d’élevage remarquable.
Son vignoble est concentré sur Figari où il pratique une viticulture en biodynamie, rejoignant également le groupe de Biodyvin. Lors de ma dernière visite, j’ai eu le sentiment d’être seulement au début de l’histoire de ce vignoble.
À l’instar de Jean-Charles Abbatucci, il fait revivre un patrimoine ampélographique exceptionnel, expérimente les levures de son propre terroir dont il a isolé une souche pour démarrer ses pieds de cuve, les vinifications en amphores, les élevages en barriques Stockinger, en oeuf béton, en divers contenants de formes diverses et de matériaux divers jusqu’au béton.